Quand je serai grand, je travaillerais avec Papa

Publié le par hysterikmum

Quand je serai grand, je travaillerais avec Papa

C'est la nouvelle année.

00h00 sonne, 00h00 tonne.

J’entends crier dehors "Bonne année!", je pointe le bout de mon nez par la fenêtre et aperçois de la fumée, des pétards sans doute.

Certains expriment leur joie en s’époumonant, d'autre en tapant sur des casseroles.

Le quartier est éveillé et bruyant comme jamais.

Le Dictateur dort déjà, et comme souvent, avant de se coucher, il m'a dit : "Quand je serai grand, je travaillerai au SAMU avec papa."

Mon fils, ce petit bout de quatre ans et demi rêve de devenir " constructeur et réparateur de fusées" (ingénieur aérospatial quoi) et de travailler "à ses heures perdues" au SAMU avec Machoman.

Pour lui, son père, c'est "ce héros" qui a le droit d'aller vite, très vite au volant d'un gros camion pour "aller sauver des vies".

Je me souviens lorsque pour la première fois, nous étions en voiture et avons croisé son papa qui était sur intervention et grillait un feu rouge (Le Dictateur reconnait entre mille les véhicules du Samu et observe toujours si son papa n'est pas au volant).

Je me souviens de sa colère, lui qui ne comprenait pas pourquoi son papa roulait sur le passage piéton, alors que le feu était vert.

Je me souviens de son étonnement, lorsque je lui ai expliqué que son papa, lorsqu'il était dans son camion, avait le droit, car il ne se rend que sur des lieux où il est urgent d'avoir un médecin.

Son papa travaille de nuit, le Dictateur sait a quel point son papa nous manque par moments, comme ce soir...

Une fois, il m'a même dit être triste que son papa travaille en décalé et ne soit pas là pour lui dire bonne nuit. Il avait trois ans. Cela a fendu mon cœur de Maman.

Nous aurions aimé qu'il soit là ce soir, pour que nous fêtions le passage de la nouvelle année ensemble.

Mais comme tous les ans, son papa doit faire un choix : soit il travaille à Noël, soit il travaille au Nouvel an.

Ce soir, son papa va ramasser les déchets humains qui ont trop fait la fête.

Ce soir, son papa va accourir auprès d'un enfant qui est brulé (véridique je l'ai eu au téléphone).

Ce soir, son papa va sans doute croiser la mort et reviendra en essayant de ne pas ramener la mémoire des morts à la maison.

Le Dictateur ne se rend pas encore compte de tout cela et c'est normal, il n'a que quatre ans et demi.

Au SAMU, il n'y a pas de vrais repos, il n'y a pas de vraies vacances, il n'y a pas de vrais week-end ni de vraies semaines.

Choisir d'intégrer cette grande famille, c'est aussi mettre de côté une certaine zone de confort, réussir à prendre sur soit plus qu'il ne m'est sans doute possible de le faire et parfois OUI, mettre un peu ses proches de côté.

Alors, cette année, j'aurai une pensée toute particulière pour ces hommes et ces femmes, qui sont loin de leurs proches et au plus près des vôtres quand cela va mal.

J'aurais aussi une pensée pour les familles de ces Smuristes qui doivent apprendre à vivre à leur rythme.

Enfin, j'aurai une pensée pour ces petits garçons, ces petites filles, qui comme mon fils les voient avec des yeux qui brillent.

Mais j'espère au fond de moi, que le Dictateur choisira une autre voie...

Quand je serai grand, je travaillerais avec Papa

Nous te souhaitons une merveilleuse année 2014.

Que celle-ci soit avant tout riche de moments avec tes proches, que la santé soit bonnes et les finances au beau fixe.

Hysterikfamily

Commenter cet article

Mems 02/01/2014 21:07

Trés joli article. Bonne année a vous 3 1/2.

Julie 04/01/2014 22:29

Merci mems, bonne année à toi et ta jolie tyran <3

Aurélie 01/01/2014 09:23

Bonne et heureuse année !!! Gros bisous <3

Julie 01/01/2014 11:28

Merci beaucoup Aurélie <3 Bonne et heureuse année à toi aussi.
Que ta petite famille et toi ayez la santé, le bonheur d'être ensemble, que tu t'épanouisse <3

Aurélie 01/01/2014 09:23

Bonne et heureuse année !!! Gros bisous <3