Retour à la bibliothèque ...

Publié le par hysterikmum

Retour à la bibliothèque ...

Je me suis longtemps trouvée des excuses pour ne pas aller à la bibliothèque, je l'avoue.

Pourtant, lorsque j'étais enfant, j'y allais tous les samedi après-midi.

Tout d'abord, avec ma mère pour écouter des histoires et en emprunter, puis avec mes copines pour trainer quelque part avec l'accord de ma mère et parfois faire mes devoirs.

Le personnel de bibliothèque a toujours été le même, toujours à l'écoute des enfants et même lorsque nous étions trop bruyants, nous reprenaient avec une sorte de bienveillance.

Je me souviens même de ce bibliothécaire, Jean-Marie, décédé aujourd'hui, qui aidait pour les devoirs alors que ce n'était vraiment pas son travail.

Si tu as lu l'article de l’écureuil, tu auras vite compris que j'aime "posséder les choses", cela me rassure de me dire que "c'est à moi".

C'est surement un peu puéril comme façon de penser, mais cela m'a amené à acheter de plus en plus de livres et à en emprunter de moins en moins.

Je ne suis pas une petite lectrice, j'aime l'objet livre.

Lorsque je me plonge dans un ouvrage bien écrit je l'engloutis et ne vois plus les mots, j'ai l'impression de suivre dans ma tête un film trépidant.

Il m'arrive de lire des livres de 600 pages en un jour (ma nuit en devient très courte).

Mais je n'arrive pas à les relire.

Je crois que le Dictateur est un peu comme moi.

Sa bibliothèque contient une multitude d'albums et de romans premières lectures (surement plus de 150) et à part certains livres fétiches, il n'aime pas relire le déjà lu.

Dans sa bibliothèque, il y'a des livres qui m'appartenaient enfant, il y a ceux offerts et il y a ceux que nous avons choisit ensemble en flânant dans les rayons des librairies.

Tout ceci a un coût et l'Impératrice arrivant, on ne peut plus se permettre la fantaisie de la lecture unique par achat, de l'achat tout court même.

Nous reprenons donc la voie de la bibliothèque depuis un mois.

Et je ne sais pas pourquoi j'ai arrêté d'y aller parce que ce lieu est vraiment très chaleureux.

Ce n'est pas la bibliothèque de mon enfance, mais l'antenne de mon nouveau quartier.

Elle se trouve a deux pas de chez nous et est géré par une femme très gentille qui a l'air d'aimer les enfants et son métier.

Ce n'est pas très grand, il n'y a pas des milliers d'ouvrages et pourtant on y trouvera toujours quelque chose de nouveau, car la bibliothécaire, Michèle remonte souvent des livres de la bibliothèque principale.

Elle est aussi de très bon conseil et s'adresse directement aux enfants pour les aider à trouver LE livre qui les fera vibrer.

Pour le Dictateur aujourd'hui ce sera un livre de super héros avec un calque strié de bandes noires permettant de donner du mouvement aux images.

Il la connait bien, il va à la bibliothèque avec sa classe pour l'heure du conte.

Même si j'annonce toujours la couleur avant d'entrer "On en prendra pas dix mille" on ressort toujours les bras chargés (il faut que je me trouve un sac à dos).

Grâce à la bibliothèque, nous avons pu également découvrir de nouvelles collections comme "Max et Lili" (petites bandes dessinées dans lesquelles sont traités des problématiques d'enfants parfois légères, parfois graves).

Le Dictateur les adore et n'aimerait maintenant qu'une seule chose, savoir lire comme un grand.

Nous prenons plaisir à lire chaque soir (ou même la journée) de nouveaux livres pas encore lu, à écouter des CD jamais entendus et les rendons la semaine suivante sans pincement au cœur.

Nous savons qu'on pourra toujours les revoir et réécouter .... à la bibliothèque.

Retour à la bibliothèque ...

Commenter cet article

MissBrownie 06/02/2014 15:36

Comme toi, j'aime posséder et pourtant, je ne relis pas. Par contre, je prête.
Quand j'étais étudiante, j'empruntais beaucoup à la médiathèque. Maintenant j'achète tout. C'est bête mais je préfère acheter et tenter de revendre (même si je ne le fais jamais) que d'emprunter.