"Ce qui sera à toi, était à moi"

Publié le par Hysterikmum

"Ce qui sera à toi, était à moi"

Voilà sans doute ce que finira par dire le Dictateur à l'Impératrice lorsqu'elle sera là.

Je le sens gros comme une maison tout comme cette jalousie qui tout doucement vient toquer à la porte de notre chez nous et s’insinue dans l'esprit du Dictateur.

Au début, le Dictateur nous disait être super content de l'arrivée de l'Impératrice, c'est même lui qui en juillet pleurait en me disant qu'il était injuste que ses copains aient des sœurs, des frères et pas lui !

Et puis, tu te souviens, il y a eu une petite période de "terreurs nocturnes".

Nous avons beaucoup parlé avec lui, lui expliquant que personne ne prendrait jamais SA place, que nous l'aimions et que l'arrivée de la petite soeur ne changerait rien à ce fait.
Je lui ai dit qu'il avait le droit de se poser des questions, qu'il ne fallait pas qu'il les garde pour lui, qu'il pouvait nous en parler à nous ses parents ou à qui il le souhaitait car il n'a pas que nous comme interlocuteur.

Ça a eu l'air de l'apaiser, il nous en parlait, se projetait avec elle, lorsque tous les deux pourraient jouer ensemble.

Je n'ai pas trop osé lui dire qu’au début un bébé pourrait lui paraître être un boulet, même si je n'ai pas manqué de lui dire, qu'au début, un bébé, cela ne sait pas jouer, marcher, parler ...

Il a même voulu trier ses anciens vêtements avec moi pour choisir ce que nous pourrions "léguer" à l'Impératrice.

"Ce qui sera à toi, était à moi"

Il m'a aidé sans bouder son plaisir de se plonger dans les énormes sacs que nous avions mis sous vide, découvrant les habits qu'il portait lorsqu'il était bébé et repérant rapidement les vêtements 3 mois que je recherchais (forcément lorsqu'on sait lire quelques chiffres ça aide et on se sent drôlement grand).

Lors de ce déballage, nous avons beaucoup discuté tous les deux.

Il me demandait de lui parler de lui bébé, nous avons finit par regarder sur l'ordinateur des photos de lui.

Il était très heureux.

"Ce qui sera à toi, était à moi"

Le lendemain, il a découvert que j'avais étendu des gigoteuses, des tours de lits pour les faire sécher après le lavage et cela a été un choc :

"Pourquoi tu les as lavé ?!" qu'il m'a demandé l'air grave.

Je lui ai alors répondu que les sacs avaient été un moment dans la cave et que pour sa future petite sœur puisse les utiliser, il fallait que ce soit propre.

"Et pourquoi moi, je ne pourrais pas les garder pour moi ?!" m'a-t-il demandé encore plus grave.

Je lui ai réexpliqué que ces vêtements ne lui allaient plus, mais qu'ils iraient à l'Impératrice. que lui avait des vêtement de grands que nous choisissions ensemble car il était maintenant capable de choisir ce qu'il voulait mettre.

Cela n'a pas suffi, il s'est enfermé dans sa chambre puis est revenu, 15 minutes plus tard, les bras chargés de jouets, me hurlant :

"Tiens, de toute façon je lui donne ça aussi !"

Je sens que ce n'est pas un "caprice", qu'il a profondément peur de devoir tout donner de ce qui était à lui, tout de ces souvenirs évoqués la veille peut-être ...

"Non mon chéri, ce sont tes jouets, personne ne te demande de donner quoi que ce soit dont tu te sers pour ta petite sœur.

Si tu veux lui prêter c'est très bien, mais personne ne te forcera à lui donner tes jouets."

"Et elle, elle m'en prêtera aussi ?" me demande-t-il les joues trempées de larmes.

"Bien sûr, qu'elle te prêtera ses jouets, et elle aura besoin de son grand frère pour lui apprendre comment prêter car cela ne sera pas une évidence pour elle."

Nous avons ranger ses jouets ensembles, avons encore beaucoup discuté.

Je l'ai rassuré en lui disant que tout ce qui était à lui, n'irait pas à sa petite soeur, que la petite baignoire que nous avions rapportée par exemple, il aimait y prendre son bain, que c'était donc pour tous les deux et que moi j'étais un peu jalouse de ne pas pouvoir m'y allonger pour aussi prendre des bains.

Il m'a répondu que c'était normal, que mes fesses étaient trop grosses et on a bien rigolé.

"Ce qui sera à toi, était à moi"

Hier, nous avions le parrain du Dictateur à la maison.

Pour que sa fille puisse faire la sieste, Machoman a remonté ses manches et a monté le lit anciennement du Dictateur et qui ira à l'Impératrice...

Le Dictateur a tout de suite tourné autour.

la journée est passée, la famille est partie et je l'ai retrouvé là, dans le lit, tout recroquevillé, avec sa couverture sur lui.

De sa plus "mignone" (en vrai c'est hyper stressant) voix de bébé, il m'a annoncé qu'il comptait dormir là.

Je lui ai dit que c'était impossible, que le lit allait partir dans notre chambre (oui pour la journée il était dans sa chambre) et qu'il était trop grand pour dormir dans ce lit à barreaux.

"Mais il est assez grand, regarde, je ne touche pas les côtés !" s'est-il insurgé.

C'est vrai, ce lit est très grand, c'est un lit 70*140 cm évolutif, que nous avions acheté pensant qu'il l'utiliserait jusqu'à ses trois ans...Et puis, il y a eu les déménagements ...

Mais lui, il a son lit de grand, un lit à hauteur qu'il a choisi lui-même, avec un superbe ciel de lit.

Le flot de larme reprend...

Je prends mon finalement tout petit et si fragile Dictateur dans mes bras, devenir grand frère, c'est une sacrée affaire...

Commenter cet article

MissBrownie 18/03/2014 10:18

Quelque soit l'écart d'âge, il y a des difficultés à surmonter :-/
Mes grands avaient 5 et 7 ans à la naissance de Chichi et ils ont été plutôt fiers de voir leur petit frère porter les vêtements qu'ils avaient porté, mais ils avaient l'habitude de la transmission puisque avant cela, les vêtements avaient été à leurs cousins-cousines ou aux enfants d'amis. Certains ont fait beaucoup de bébés et sont toujours nickels.

Pour les jouets, c'est différent. L'instinct de possession est plus fort. D'ailleurs T-Biscuit qui est très possessif (en bon taureau), nous a dit une fois que nous aurions du faire une salle de jeux où tout aurait été mélangé et toujours des cadeaux communs, comme ça, il n'y aurait pas eu de problème. Il dit cela car il ne se souvient pas avoir été fils unique un jour ;) C'est comme si Chupa avait toujours été là, avec lui.

Julie 18/03/2014 22:16

Hihi moi je valide la sale de jeux, ça doit ^être chouette mais pas sûre qu'ils acceptent de partager leurs anniversaires et leurs cadeaux si facilement ;)

Christel69 17/03/2014 21:08

J'ai lu bcp de livres sur le sujet à Zoé lorsque j'étais enceinte (frère/soeur, jalousie, bébé...). ça l'a bien aidée à oraliser ses craintes et peurs.
Bon courage avec ton bonhomme, pas facile pour lui tous ces changements!

Julie 18/03/2014 22:15

Tu lu quoi comme livre ? cela m’intéresse

Kimie 17/03/2014 20:37

Ouh là là, pas facile à gérer...
Bon courage à toi !

Julie 18/03/2014 22:15

Merci Kimie 3