Le "In utero blues" ...

Publié le par Hysterikmum

Le "In utero blues" ...

Mais qu'est-ce-qu'elle invente encore celle-là comme terme bon sang ! tu te dis.

Le baby blues, je connais, mais le in utero blues c'est quoi ?!

Je me rends compte, que depuis mon épisode de maladie d'un mois, je ne me relevais plus.
Les microbes étaient partis, je ne toussais plus, je ne manquais plus de me faire pipi dessus à chaque fois qu'une quinte pointait le bout de son affreux nez verdâtre, je ne prenais enfin plus de ventoline, mais malgré tout ça rien n'allait.

J'étais fatigué, de mauvaise humeur, je me sentais triste et seule.

Je n'étais bien que dans mon petit cocon que je m'étais fabriqué entouré du Dictateur et de Machoman.

Pourtant, la solitude, c'est moi qui avais fini par me l'imposer, ne proposant pas à mes amies de venir me voir, ne souhaitant pas que les amis de Machoman me voient "ainsi".

Je n'avais plus envie de prendre soin de moi.

Me maquiller, pour quoi faire ?

M'épiler les jambes ? Quel calvaire !

et puis il y a ce moment de non-retour, où tu n'as carrément plus envie de passer devant un miroir tellement tu te sens grosse, moche,...

Je n'avais jamais connu ça, pour la grossesse du Dictateur lors de laquelle je me sentais en période de grâce.

Comment deux grossesses peuvent-elles être si différentes ?!

Au point de ne pas se rendre compte que ça ne va plus.

Je ne pense vraiment pas être faite pour être au "foyer", j'ai toujours essayé de travailler et lorsque j'étais animatrice, les journées ne manquaient pas de rythme.

Le fait est aussi, que je ne supporte pas cette impression d'être un poids pour Machoman et de ne pas pouvoir être libre de mes mouvements ni de mon budget (je ne bosse plus = pas de revenus).

J'ai culpabilisé d'avoir fait vivre de sales vacances au Dictateur le mois dernier.

Il ne faisait pas particulièrement beau, mais j'aurai aimé pouvoir lui proposer une multitude d'activités comme avant ... Mais mon corps douloureux se refusait de bouger.

c'était sans doute nos dernières vacances à deux ... J'ai eu ce sentiment d'avoir tout gâché.

Il était urgent que les choses changent et il aura fallu attendre le soleil et la promesse qu'il ne me reste "plus que" deux mois pour me sentir plus légère.

Non, je n'ai pas perdu des kilos, mais je suis apaisée.

Je me sens bien, heureuse et arrive même à relativiser que ma machine à pain, mon mixeur et mon pc portable soient tombés en panne en même temps (foutue loi des séries).

Je me remaquille, essaie de quitter le mode grizzli hivernal (comprend épilation) et fait de nombreux projets personnels sur "l'après" accouchement comme retourner à la piscine et faire de nouveau plus attention à moi.

Dans deux mois, je serais maman une nouvelle fois, d'ici là, je compte bien profiter de la douceur de la vie.

-------------------------------------------------------

Je ne suis pas "exceptionnelle", je ne pense pas être la seule à avoir traversé le désert de la grossesse avec autant de difficulté.

Ça même l'air un peu tabou de dire qu'on hait sa grossesse non ?!

Il y aura toujours des gens bien intentionnés pour te dire "non mais attend, tu as la chance de porter la vie quand d'autres ne l'ont pas".

Je le sais, mais pour autant je refuse de subir des culpabilisations supplémentaires et de ravaler ce que je ressens.

Voilà pourquoi j'ai décidé d'appeler cette période le "in-utéro blues", je le dédramatise en lui donnant un nom.

Le "In utero blues" ...

Malgré tout ça, j'aime à croie que mon fils ne m'a pas trop perçu comme une loque.

Lorsqu'il m'a offert ce "portrait de famille" dans lequel, même si j'ai l'air d'avoir de la moustache et que le cordon ombilical de l'Impératrice fait 10 mètres de long, nous avons tous, sans exceptions, le sourire <3

Commenter cet article

kamillllou 26/03/2014 15:29

je tombe par hasard sur cet article en parcourant ton blog, et je me reconnais tellement. je suis alitée comme pour le premier mais en effet, les coups de blues n'étaient pas aussi fréquents que là.
et en effet, un peu de soleil, ça me redonne le sourire.
ouf parce que je me sens un boulet pour mon homme (qui s'active tant qu'il peut en dehors du boulot) et je suis heureuse de voir a bouille du grand en sortant de l'école mais je me fatigue vite et ne peut pas faire grand chose avec lui.
in-utéro blues, c'est tellement ça !

anyo 23/03/2014 21:19

Enfin quelqu'un qui dit les choses! Je me suis sentie bien seule avec mon "in utero blues" pendant mes 3 grossesses! Certains me disaient d'arrêter de dire que ce n'était pas toujours agréable d'être enceinte car j'allais dégoûter les autres... (même si certaines étaient soulagées de pouvoir se plaindre devant moi une fois enceinte....)
Merci pour votre blog qui rend le quotidien plus léger et mets des mots sur ce que nous n'arrivons pas à exprimer!)

Parleamamere 13/03/2014 13:38

Je vis exactement la même chose. Une deuxième grossesse totalement différente de la première. L'envie de rien, le blues, je me reconnais plus :( Et ne plus bosser me paise aussi je pense. Et j'en suis qu'à 4 mois de grossesse j'espère que rapidement je vais reprendre du poil de la bête ! En tout cas "in utero blues" est bien trouvé.

Julie 14/03/2014 09:32

Courage, on va dire que le pire est passé dans le sens où il fait beau et que tu vas pouvoir prendre une bonne dose d'UV bénéfiques pour le moral. Je te souhaite que les jours à venir soit plus doux pour toi, parce quand on déprime tout parait très lonnnng surtout en étant à la maison

Lily croque la vie 12/03/2014 20:55

Oh je comprends beaucoup de choses, je traverse aussi une grossesse compliquée avec le poids de la culpabilité et de ne pas être assez présente pour mon aîné. Je trouve qu'effectivement la société nous renvoie une image de la grossesse idéale et que les maux ne sont pas entendus...
Mais les semaines avancent et tout ira mieux dans quelques temps... Courage !
Belle soirée, Lily
http://lilycroquelavie.fr

Lily croque la vie 14/03/2014 12:03

J'arrive lentement mais sûrement à 8 mois. Oui comme toi.
J'avais déjà été alitée 3,5 mois pour ma première grossesse il y a plus de 3 ans mais je l'avais vécu différemment du fait qu'il n'y avait pas d'enfants donc pas les mêmes questions.
Bon courage !

Julie 14/03/2014 09:31

Tu es a combien de mois ?
Oui pas évident d'être disponible avec le plus grand. Ce qui me fait vraiment peur, c'est qu'il ait l'impression que je le délaisse. ca a l'air d'aller pour le moment ouf

Une Fille De Juin 12/03/2014 17:52

Oh c'est dingue ! Je suis à deux mois d'accoucher, et j'ai l'impression que cet article est le mien ! On est jumelle ? Je ne sais pas si c'est général ou pas, mais pour moi, c'est un calvaire de me maquiller, m' épiler (plus physique celui là car le bidon gène!) Prendre soin de moi je me force depuis quelques jours. Un seul mot : compréhension ;-)

Julie 14/03/2014 09:30

Bienvenue au club des grizli alors !!! Le soleil fait du bien au moral hein ... pourvus que ça dure ...