Donnons-nous trop à nos enfants ?

Publié le par Hysterikmum

Donnons-nous trop à nos enfants ?

Et est-ce qu'on les écoute trop ?

Ce sont les questions que je me pose depuis hier, jour où Machoman m'a reproché de "tout donner" au Dictateur.

Il y a eu cette histoire d'escargot.

Mercredi soir, en rentrant chez nous, nous avons croisé la route d'un escargot, que le Dictateur a voulu ramener à la maison pour l'observer.

Alors, oui, pourquoi pas ? Lorsque j'étais enfant, j'avais même ramené des têtards chez moi, alors un escargot ...
Bref, j'annonce la couleur directement au Dictateur, deux nuits, puis on le relâche, nous n'avons pas de quoi l'accueillir convenablement, son habitat reste l'extérieur.

va pour deux nuits, nous jouons les maisons d'hôte, offrons de la salade à notre convive qui ne semble pas vouloir sortir de sa coquille...

Ce n'est qu'en pleine nuit que je le verrais.

Avant de me coucher, je dispose un couvercle sur le plat pour ne pas que "Turbo Murette" (prénom donné par la Dictateur à l'escargot) ne s'en aille.

il n'est pas très vif, mais on ne sait jamais.

Le lendemain matin, le Dictateur est très content de le voir sortir de sa coquille, mais cela ne dure pas.

Quel relou cet escargot !

Bref, il est tellement ennuyeux que je finis par l'oublier.

Le soir, je me couche, sans le couvrir.

Le lendemain, il n'est plus là.

Machoman, qui était déjà contre l'arrivée de l'incruste est un peu beaucoup énervé et ironise que la prochaine fois, je devrais accepter que le Dictateur ramène des cafards à la maison, qui pourraient ainsi se reproduire à leur guise.

Je sais que Machoman et moi n'avons pas été élevé de la même façon, il ne comprend pas l'intérêt ni même comment c'est envisageable de faire rentrer une "bestiole" à la maison, mais disons qu'il tolère mes "excentricités".

Et puis hier, je demande au Dictateur quelque chose, il n'a pas envie de le faire.

Machoman s'est agacé que le Dictateur me dise "non" et que je n’insiste pas.

" De toute façon, tu lui donnes tout, il fait ce qu'il veut".

C'est vrai que lorsqu'on y réfléchit, le Dictateur a beaucoup plus que Machoman et moi n'avons jamais eu.

Lui et moi avons grandi dans une famille monoparentale, où l'argent se gagnait à la sueur du front de nos mères.

Lui avait deux frères et une sœur, moi j'étais fille unique.

J'ai moi-même été plus gâtée que lui, plus même que beaucoup de mes copines de quartier, qui venaient jouer chez moi pour profiter des jouets qu'elles n'avaient pas.

Mais ma maison de poupée, ma mère l'avait récupéré dans les encombrants, beaucoup de choses étaient de la récup.

Machoman lui, se souvient encore de son premier cadeau de Noël : une trompette en plastique.

Lorsque lui et ses frères ont été plus grands, leur mère à réussi à leur offrir deux game boy pour trois.

Ils n'avaient pas de cadeaux à leurs anniversaires, le seul cadeau de l'année était à Noël.

Alors oui, forcément, le Dictateur paraît bien pourri gâté à côté de ça.

A cinq ans, il a déjà un accès à l'ordinateur et aux tablettes, a un DS qu'il a eu le luxe de "perdre" (elle doit être chez la mamie), des jouets plein les bacs à jouets, des jeux de sociétés dans des casiers qui débordent.

Mais ce n'est pas vraiment cela que Machoman ne comprend pas, c'est aussi cette envie que j'ai de faire avec lui pleins de sorties, d'activités.

Les musées, cinémas, cirques, les piscines, les bases de loisirs, les parcs, les séances de ramassage de feuilles ou de marrons, les activités manuelles, les livres, ce sont toutes ces choses qu'il trouve de "trop".

Ce n'est pas évident de trouver la bonne direction éducative.

La manière dont ont été élevés les parents eux-même transparaît forcément un peu et ça, Machoman ne l'ayant pas connu, il ne le comprend pas.

J'ai le sentiment d'avoir manqué d'amour et d'écoute lorsque j'étais enfant et je ne veux pas que mes enfants en manquent.

J'ai la sensation d'avoir été abandonnée et d'être orpheline adulte et je me refuse à répéter ce schéma avec mes enfants.

Alors oui, j'essaie d'être à l'écoute, parfois trop, mais je ne crois pas non plus au "tout pouvoir" de l'adulte.

Pour moi, un enfant a le droit de dire non et cela ne signifie pas pour autant qu'il s'agisse d'insolence.

Machoman, lui a grandi dans ce devoir d’obéissance envers sa mère et vit mon acceptation du "non" comme du laxisme de ma part.

Je ne suis pas non plus pour une éducation totalement permissive, dans laquelle les enfants feraient tout ce qu'ils veulent pour "faire leurs expériences".

J'aime accompagner mon enfant dans ses expériences, le laisser tenter des choses sous ma surveillance (comme le skate par exemple).

Je crois en mon enfant, je veux qu'il le sache et qu'il se sente soutenu dans ses décisions.

J'aime le savoir curieux de tout et volontaire et l'encourage dans cette voie.

J'ai envie qu'il vive sa vie d'enfant et ne soit pas trop vite plongé dans un monde trop dur.

Machoman lui, il a été confronté très tôt aux difficultés financières de son foyer, il a arrêté l'école très tôt pour aider sa mère.

Mais à côté de ça, il a connu le sens de l'entraide, de la famille, de l'amour et du partage.

C'est tout ça qui a été dur à comprendre pour moi au début et dont je ne me lasse plus maintenant.

Alors oui, si on y réfléchit, je donne plus au Dictateur que je ne reçois, mais n'est-ce pas le cas de tous les parents ?

Oui le Dictateur possède et a fait plus que Machoman ou moi n'avions eu ou fait.

Mais nous-même, avions plus que nos grand-parents, qui étaient heureux d'avoir un orange sous le sapin.

Est-ce parce que nous avons manquer que nos enfants doivent manquer ?

Y-a-t'il un quota à ne pas dépasser lorsqu'il s'agit de donner à ses enfants ?

Commenter cet article

fany 02/10/2014 08:42

grande question que tu pose.

Pour moi il n’existe pas de recette magique dans l'éducation. Chacun fait selon ce qu'il est et comment il a lui même était élevé. Le juste milieu, la juste dose...s'est bien compliqué.

Nous vivons en plus dans une société de consommation, ce qui n'aide pas.

Déjà tu te pose des question, tu t’interroge. C'est plus que 50% des parents.

Vous avez la change d’être deux pour discuter et trouver la solution ou le "juste" dose. Profitez en.
Ici même préoccupation et même conversation régulièrement.

Continue a faire au mieux et a t'interroger. Sa fait déjà de toi une super maman!

Floria 01/10/2014 13:20

Be heureusement qu'il a le droit de dire non à ce genre de proposition, les enfants restent des individus à part entière. ^^

Linlin 30/09/2014 09:02

Je pense que je pense a peu près comme toi ^^
Sinon pour l'escargot, il faut le tremper dans l'eau quelques secondes, ainsi il croit qu'il pleut et sort de sa coquille. ( J'ai élevé des escargots quand j'avais 6 ans ! )

Boutchoupitchou 29/09/2014 09:15

J'ai lu dans les commentaires précédents que Marlon avait dit non parce qu'il ne voulait pas être pris en photo par un "chasseur de tête"... Comment ne pas écouter son avis sur cette question ?
Ce n'est pas comme si tu lui avais demandé de venir à table, ou de ranger sa chambre.
Heureusement que tu respectes son choix là dessus, une photo c'est quelque chose d'intime, on ne pose pas pour tout le monde.
Tout comme je suis contre forcer un enfant à faire la bise par exemple, selon moi ce n'est pas essentiel : si l'enfant refuse de dire bonjour c'est autre chose : c'est de la politesse et nous devons lui inculquer, mais faire un bisou, encore une fois, c'est un acte beaucoup plus intime. Et si l'enfant ne se sent pas à l'aise de le faire alors on ne doit pas le forcer.
Et il a 4 ans, il n'a pas à se préoccuper de devoir gagner sa croûte. Tu as raison, à cet âge là c'est à ses parents de le faire, n'inversons pas les rôles.

Je te lis depuis pas mal de temps Julie, et je n'ai jamais trouvé que tu étais trop coulante avec Marlon. Oui, tu le gâtes, mais dans le bon sens : il a la chance d'avoir une maman qui s'occupe réellement de lui, qui fait en sorte de l'emmener en sortie le plus souvent possible et lui fait connaître toutes sortes d'activités différentes. Tu l'aide à développer sa créativité et à réfléchir par lui même. Je trouve cela très positif, et beaucoup plus important que de poser en photo pour un inconnu dans le seul but de gagner de l'argent.

Il aura tout le temps de s'inquiéter de ça plus tard. Bref, tout ça pour dire que je te rejoins à 100% sur cette question.

Emma June 29/09/2014 08:46

Tout pareil! Comme toi, je me demande où s'arrête le "normal" et où commence le "trop". Quand tu cites les activités que tu fais avec lui,là par contre, je ne trouve pas ça "trop"(sauf s'il n'aime pas ça). La limite du "trop" peut être vite atteinte au niveau protection et matériel je trouve. On pense tellement faire bien (puisque par amour) que je pense qu'on n'est pas toujours objective. Mais quand on se pose des questions, je pense que c'est déjà un bon début et puis personne n'est parfait!
En revanche, je trouve qu'au contraire quand on a le sens des valeurs, pouvoir offrir à nos enfants ce qu'on n'a pas eu et un vrai bonheur.