La première dispute

Publié le par Hysterikmum

La première dispute

C'est bien simple, j'ai une chance folle, mes deux enfants s'entendent à merveille.

Le Dictateur est un grand frère comme il en existe peu.

Il ne manque jamais de faire un bisou à sa sœur ou de lui caresser les cheveux.

Il lui murmure des secrets et lui raconte des histoires.

Lorsqu'elle était toute fraîchement née, il arrivait à l'endormir en lui chantant une chanson qu'il avait inventé juste pour elle ( http://hysterikfamily.over-blog.com/2014/07/parlez-moi-d-amour.html ).

Eux, j'ai envie de croire que c'est pour la vie et que ce lien si fort qui les unis, perdurera contre vents et marées.

Ces deux-là s'adorent, se collent comme un vieux timbre léché, collé à une enveloppe ou un chewing-gum à une chaussure.

Mais depuis quelques jours, je sentais une tension monter.

Déjà, L'Impératrice a commencé à "pleurer" différemment, à râler plutôt.

Ensuite, elle a commencé à se faire comprendre en hélant et fixant la personne dont elle aimerait attirer l'attention.

On sait à sa manière de regarder et aux mimiques de sa bouche, si elle est plutôt contente de voir les gens, ou pas.

Elle ouvre la bouche lorsque l'on mange et râle pour que nous lui en donnions.

Pour le poulet, elle devra attendre, nous n'avons commencé les purées qu'il y a trois semaines.

Plusieurs fois, la semaine dernière, le Dictateur se plaignait de l'Impératrice.

"Elle m'a griffé le visage", alors je lui expliquais que les gestes de l'Impératrice n'étaient pas encore précis, qu'elle ne contrôlait pas la force ses mouvements.

J'ai bien senti que cette explication ne convenait pas au Dictateur.

Lui, s'il lui avait fait ça, il se serait fait gronder, c'est sûr.

"Elle me dit des gros mots",voyons, on sait tous que les bébés ne "parlent" pas, n'utilisent pas des mots comme nous, mais plus des intonations, des sons, alors des gros mots ...

Et puis, j'ai fini par comprendre ce que le Dictateur essayait de me dire, à sa manière :

L'autre soir, le Dictateur chantait des chansons à l'Impératrice, il dansait aussi, elle rigolait.

Lorsqu'il s'est arrêté, elle s'est mise très en colère, il a recommencé à danser, puis s'est arrêté de nouveau, voulant faire autre chose.

L'Impératrice est devenue rouge et semblait enguirlander le Dictateur.

j'ai compris, c'est donc ça qu'il prenait pour des gros mots, c'est cette petite sœur qui s'énerve contre lui sans raison et qui n'est pas grondée car elle est "encore un bébé".

Depuis sa naissance, il a toujours accouru au moindre de ses pleurs, alors que nous lui expliquions bien que nous, ses parents, répondrions à ces pleurs et qu'il n'avait pas l'obligation d'aider.

Mais il est comme ça, il l'aime et il le lui dit.

Il aime le son de son rire et fait tout pour voir sa petite sœur sourire.

Au point, que l'Impératrice a pris cette habitude de le voir faire le guignol.

Elle aime ça et a trouvé l’interrupteur pour le déclencher, elle pleure.

" je suis pas ton clown, tu ne me cries pas dessus, sinon je ne suis plus ton frère !".

C'est donc comme ça, que j'ai assisté à cette scène surréaliste, leur première dispute.

Le Dictateur était très fâché, je lui ai dit qu'il n'était pas obligé de faire ce que l'Impératrice lui "demandait", qu'il avait aussi sa vie de petit garçon à faire et qu'il avait eu raison de dire "non" , s'il ne voulait pas, mais que si tout le monde criait, on ne s'entendrait plus péter.

Il est allé jouer dans sa chambre, trop heureux que je lui donne raison.

J'ai pris l'Impératrice et lui ai parlé.

Je lui ai dit son frère aimait passer du temps avec elle, mais qu'elle ne pouvait pas exiger de lui qu'ils jouent ensemble tout le temps, qu'ils passeront des moments ensemble et d'autres chacun de leur côté.

J'ai joué avec elle, lui ai chanté des chansons, puis l'ai mise à la sieste.

J'ai rejoint le Dictateur, nous avons joué aux cartes.

"Dis, tu crois que bientôt l'Impératrice pourra dormir dans ma chambre ?!"

Pas rancunier pour un sous le Dictateur !

Les sourires de sa sœur au réveil m'ont fait comprendre que la crise était passée.

c'était leur première dispute, mais sans doute pas la dernière.

La première dispute

Commenter cet article

petite yaye 22/09/2014 00:20

C'est tout doux comme tu racontes !!

Rebelle des bois 21/09/2014 23:47

Il est vraiment trop chou ton dictateur :)
Chez nous c'est un peu pareil... petit Caillou a pris l'habitude que sa soeur prenne ses rêves pour des réalités et parfois la puce est tannée... alors ça hurle, vrai de vrai ... et le pire c'est que souvent ça marche ...

didadidouille 21/09/2014 22:41

:) c'est trop mignion je te le souhaite que ce lien si fort reste durant toute la vie :) j'ai exactement le même souhait pour mes princesses elles n'ont que 14 mois d'écart mais tout comme le dictateur Amel à toujours pris son role de '''grande''soeur très au sérieux tj à jouer les petites maman...aujourd'hui elles ont 4 et 5ans et sont toujours aussi proche parfois elles se disputent
mais ne savent pas se passer une de l'autre :) elles jouent ensemble et parfois de leur coté car la petite est plus solitaire que la grande qui elle est pot de colle :)
Les premières disputes sont toujours les plus mimi:)
tant que tu seras toujours juste dans les explications et des punitions tout ira bien
l'amour d'un frère et d'une soeur ou de deux soeurs ou deux frères ne se détruit je pense qu'à cause du comportement des parents ou de l'entourage souvent un enfant se sent moins aimé ou pense que l'autre est le préféré alors sa crée des jalousies qui conduisent plus grand à des disputes
mais heureusement nous ne somme pas comme cela ;)

Priscilla 21/09/2014 21:47

Et oui les frères et sœurs....
Ici Charlotte qui a 2 ans mène a la baguette Lucas 6ans. Ils joue super bien ensemble mais elle décide de tout! Elle le dispute, elle le tape aussi, le mord... Mais il lui pardonne tjs!

Maman Breizhou et sa Poupette 21/09/2014 21:42

C'est mignon quand même :)
Ca donne presque envie d'en faire un deuxième pour voir cette complicité