Son premier deuil, ou comment lui annoncer que son petit animal est mort

Publié le par Hysterikmum

Son premier deuil, ou comment lui annoncer que son petit animal est mort

On ne se prépare jamais à la mort.

On sait qu'elle existe, mais on préfère ne pas y penser, faire comme si elle ne nous touchait pas.

On y prépare encore moins ses enfants.

Titinette avait à peine un an.

Avec Machoman, nous avions décidé afin de fêter notre nouvelle vie dans notre nouvel appartement et pour accompagner le Dictateur, tout en lui permettant de devenir plus autonome, de lui offrir un petit animal de compagnie.

Après discussion et de par mon expérience avec ces animaux tellement adorables, nous avons annoncé au Dictateur qu'il pourrait choisir un cochon d'inde.

Il la choisi elle, petite écaille de tortue qui se faisait taper dessus par un gros gris.

Il a voulu la recueillir pour qu'on ne puisse plus lui faire de mal.

A peine arrivée, elle faisait déjà partie de la famille.

Nous lui avions acheté une immense cage qui prenait trop de place dans notre petit appartement, mais qui nous le souhaitions, la rendrait heureuse.

Machoman, lui qui n'aime pas vraiment les petits animaux, s’était pris d'affection pour elle.

Il lui avait même offert une immense roue qu'elle n'a jamais voulu utiliser, un petit harnais pour que nous puissions la prendre avec nous lorsque nous sortions au parc, il lui changeait sa cage consciencieusement.

Le Dictateur parlait à Titinette, il aimait lui faire de petites caresses et lui donner de l'endive, son légume préféré.

lorsqu'il l'a eu, il était tellement fièr d'en parler puis de la présenter à ses copains.

Lorsque j'étais enceinte, que Titinette se trouvait sur mon ventre, qu'elle se plaquait et sifflait, l'impératrice devait l'entendre, car elle se déplaçait alors dans tous les sens.

Elle partait en vacances avec nous.

Hier matin, Titinette allait bien et hier soir, elle était morte.

J'ai beaucoup pleuré car j'étais moi-même très touchée par sa mort.

Il a fallu que je prenne le petit corps sans vie de notre dame de compagnie à poil comme je l'appelais, que je sente sa froideur et la mette dans un petit cercueil de fortune (une petite boîte en carton).

Avec Machoman, nous avons beaucoup parlé et nous sommes couchés très tard, nous ne savions pas comment annoncer la terrible nouvelle au Dictateur.

Je me suis lancée ce matin avant qu'il ne la cherche.

Je n'ai pas utilisé de métaphores, je lui ai dit clairement afin que le doute ne soit pas possible : "Mon chéri, j'ai une triste nouvelle à t'annoncer, Titinette est morte".

Oui, ça peut paraître brusque, mais je ne voulais pas lui dire qu'elle était "partie", car il aurait voulu savoir quand elle reviendrait.

Son premier deuil, ou comment lui annoncer que son petit animal est mort

Son visage s'est décomposé, il m'a demandé pourquoi.

Et là, ça a été très compliqué.

J'ai été honnête avec lui, lui expliquant que je ne ne savais pas, mais que les cochons d'inde étaient de petits animaux fragiles et qu'on ne saurais sans doute jamais pourquoi.

Il n'a pas pleuré et est passé à autre chose, le regard éteint.

Puis il est revenu me voir, m'a demandé où était Titinette.

Je lui ai expliqué que pour le moment, elle était dans une petite boîte et que nous enterrerions.

Il a refusé me disant que si on faisait ça, nous ne la reverrions plus.

Je lui ai dit que nous devions dire au revoir à Titinette, que nous ne la reverrions plus, mais qu'elle restera dans nos souvenirs, que nous pourrions lui faire un dessin pour le mettre avec elle, là où nous l'enterrerions.

Je lui ai proposé de me raconter les moments qu'il avait préférés avec elle, ce qu'il a fait.

Je lui ai aussi raconté mes moments préférés et lui ai expliqué que son papa et moi aussi étions tristes, que c'était normal et qu'il pouvait nous en parler s'il en avait besoin.

Nous avons passé l'après-midi dans de la famille, cela lui a fait du bien de penser à autre chose, même s'il en reparlait de temps en temps.

Ce soir, j'ai ressorti un des livres qui a marqué mon enfance et qui parle de la mort "Au revoir Blaireau" de Susan Varley.

Ce livre est magnifique et permet d'expliquer de manière non agressive le caractère irrémédiable de la mort.

Nous dirons adieu demain à Titinette.

ce sera dur, mais je crois que ce sera nécessaire pour que le Dictateur fasse son premier deuil.

RIP Titinette

Son premier deuil, ou comment lui annoncer que son petit animal est mort

Commenter cet article

Agathe 21/10/2014 12:06

J'avoue que c'est pour ça que nous n'avons pas d'animaux et que je suis très réticente à en avoir. J'adore les chiens et chats, mes parents en ont toujours eu, on s'est toujours très attachés, mais c'est trop triste quand ils meurent ...
Merci pour l'idée du livre. Ma fille a un livre qui s'appelle "Sacabulle" qui parle du sujet, mais de façon un peu trop métaphorique (pour le moment ça m'arrange, elle n'a que 2 ans 1/2 !)

petite yaye 20/10/2014 13:12

Que c'est triste... tu as bien fait d'en parler ainsi au Dictateur, ce n'est jamais évident, mais la vérité, bien accompagnée, est toujours payante. Tout plein de courage pour l'enterrement...

Marie 20/10/2014 11:57

Très triste pour Titinette. Jamais facile d'expliquer qu'on ne reverra plus sa petite boule de poils. Je redoute le moment où un de nos lapins mourra également.

sysyinthecity 20/10/2014 07:43

pas évident de comprendre pour un petit bout ! notre chat est mort l'an dernier, elle avait 18 ans, FlashMcQueen la réclame quasi tous les soirs et pleure... je vais chercher ce livre !

Auréliie Ribeaucourt 20/10/2014 07:03

C'est triste pour les enfants !

Mais c'est bien de lui avoir dit simplement

courage au petit dictateur