Cet enfant que j'ai idéalisé

Publié le par Hysterikmum

Cet enfant que j'ai idéalisé

Lorsqu'en 2008, j'ai appris que j'étais enceinte, je l'étais déjà depuis 8 semaines.

J'avais des symptômes criant, mais on m'avait annoncé un an et demi auparavant que j'avais un syndrome des ovaires polykystiques et que je n'aurais aucune chance de tomber enceinte, sauf en passant par la procréation médicalisée alors, je pensais avoir une gastro.

Depuis que je suis petite fille, je savais que je voulais une grande famille, une famille avec de l'amour à donner et à recevoir, une famille rien qu'à moi que je chérirais.

Je ne savais pas combien je voulais d'enfant, mais je savais que j'en voulais.

Et puis, on m'a annoncé que cela ne serait pas possible ou très difficilement.

Cela a été un calvaire pour moi que d'imaginer ma vie sans enfants à serrer fort dans mes bras.

Entre traitements hormonaux, régime alimentaire, étude de mes glaires cervicales (blurp), j'ai sombré.

Je me suis tellement répétée que je n'aurais jamais d'enfants, qu'à force, j'ai fini par y croire.

Lorsque j'ai appris ma grossesse, j'ai eu très peur, j'ai paniqué.

Alors que nous avions une situation au top (à l'époque), la première chose que j'ai demandée à Machoman a été " on va faire comment ?!".

Et puis, il a fallu annoncer ma grossesse à ma mère et même si l'annonce n'a pas été si catastrophique que pour l'impératrice, on ne peut pas dire que ma famille ai sauté de joie en apprenant la "bonne" nouvelle.

Passons cela, je me suis mise à attendre cette enfant, j'ai imaginé tout ce que nous pourrions faire ensemble, j'ai réfléchi à tout ce que je pourrais lui offrir, j'ai planifié quel être parfait il serait.

C'est d'ailleurs pour lui que je me suis mise à l'illustration, pour immortaliser de manière vraiment personnalisée ces instants avant qu'il n'arrive, mais aussi après...

Et puis, il est arrivé et même s'il était à mes yeux parfait, que je me voyais en le regardant (étrange sensation de miroir), il n'a pas été celui que j'avais imaginé, dès le début.

Je ne pourrais décrire cet amour que je ressens pour lui tous les jours, depuis son premier cri et ce moment où on l'a déposé, encore tout chaud sur ma poitrine.

Il est fort, il est intense, il n'est pas raisonné d'autant plus que je pensais sa venue impossible.

Le Dictateur - le 30 juillet 2009

Le Dictateur - le 30 juillet 2009

C'est bien simple, même s'il n'est pas celui que j'avais imaginé, j'ai toujours envie de voir le positif en lui.

Il a marché à 9 mois, a très vite parlé avec beaucoup de vocabulaire.

mes proches et la maitresse de petite section de maternelle, m'ont conforté dans l'idée que le Dictateur était un petit garçon vraiment formidable et je n'ai plus voulu voir que ça.

Mais ce soir, j'ai un peu pris un coup de massue et à vrai dire, je m'en veux.

J'avais rendez-vous avec la matresse du Dictateur afin que celle-ci me remette le bulletin du Dictateur.

De bonnes notes, une bonne évaluation, une maitresse ravie du Dictateur, qui comprend très bien, parle très bien, se positionne bien et est carrémment doué en 3D et il crée des labyrinthes que la maitresse trouve bien complexes.

Mais en y regardant de plus près, le Dictateur s'ennuie en classe et même pire, a refusé parfois de faire certains travaux, au détriment de ses apprentissages.

Il n'est pas soigné, fais les choses à l'arrache pour que cela soit fait (colle des feuilles à l'envers, colorie comme un sagouin).

Je ne pense pas pouvoir être un jour, déçue du Dictateur, tant qu'il est heureux, la voie qu'il choisira m'ira.

Mais, je n'arrive pas à savoir si cela m'a mise en colère contre lui ou moi, de l'avoir mis sur un tel pieds d'estale, que j'ai n'ai pas ressenti le besoin de me montrer plus présente au niveau de ses acquisitions scolaires.

Machoman m'a dit en petite section, qu'il me trouvait trop "sur le dos" du Dictateur et j'ai donc réagi, en "arrêtant" de me mêler des apprentissages qui doivent se faire avec la maitresse, à l'école.

Bon ok, on a des supports (livres, applications), mais je n'insiste pas pour qu'il les utilise, il est libre de se servir.

Mon petit garçon parfait est parfois un peu feignasse, a un grand poil dans la main, ou plutôt un immense baobab !

Et l'année prochaine, il sera au CP.

Heureusement, Machoman est impliqué dans la scolarité du Dictateur et c'est donc ensemble que nous avons parlé au Dictateur pour le féliciter de ses bonnes notations, mais lui rappeler que, même pour construire des circuits de voiture ou des fusées(ce sont ces obsessions), il fallait savoir lire, écrire, compter, mesurer, etc ... et que l'école était là pour apprendre ces choses.

Il est parti, soupirant comme un adolescent de 15 ans.... tiens ça aussi, avant je le prenais avec le sourire, mais pas ce soir.

J'ai la sensation d'être cette maman complètement abassourdie, que j'aurais pu rencontrer lorsque j'étais animatrice, apprenant que son enfant, n'était pas vraiment l'angelot qu'elle imaginait.

Mais je m'attendais à quoi en fait ? Il n'a "que cinq ans".

Et puis zut, même s'il n'est pas parfait, ce n'est pas grave.

Je ne suis pas à la course à la performance, je n'attends pas du Dictateur qu'il ressemble à Jimmy Neutron (tu sais le gamin à la grosse tête des dessins animés) et je ne me souviens que trop bien de la pression que ma mère me mettait pour l'école, alors que j'étais très bonne élève.

Mais je vais me montrer plus présente, trouver des solutions pour aider le Dictateur à se concentrer et à acquérir ces choses qui ne restent pas encore dans sa tête de petit garçon trop pressé de vivre.

Le Dictateur, j'ai imaginé qui il pourrait être, sans penser qu'il ferait lui-même des choix en grandissant.

Et même s'il n'est pas celui que j'avais idéalisé, il me plaît comme il est, même lorsqu'il soupir...

Commenter cet article

MamanPirate 06/04/2015 23:21

"La course à la performance". Je suis tout à fait d'accord avec votre article, je crois qu'il faut juste apprendre à doser l'attention et l'attente qu'on a envers nos loulous. Personnellement mon fils à 15 mois, c'est un grand bonhomme déjà bien bavard, il a toutes ses dents, il est très manuel mais, il ne marche pas et si j'avais touché 1 euro à chaque "quoi à son âge il ne marche pas encore????" et pareil pour les regards limite choqués je serais multimillionnaire! Ils ont le temps d'apprendre, d'être stresser, de crouler sous les notes, les devoirs et la pression du travail, tant qu'ils sont petits laissons les profiter! :)

monica 01/04/2015 08:30

Il se peut que le dictateur sennui simplement comme ca arrive souvent aux enfants avancés sur le programme proposé. Perso jai un pb avec le systeme educatif qui ne sadapte pas au rythme de chacun mais bon cest vrai quil faut les bases pour avancer...

Perrine 28/03/2015 18:14

Mon Ti bout est arrivé 6 mois plus tôt que ce que les médecins avait annoncé possible. Et en maternelle, un vrai "branleur" qui ne faisait que ce qui l’intéressait. Il comprend très vite mais déteste tout ce qui est graphisme, et bâcle son travail pour passer a autre chose plus vite. L'entrée au CP cet année a amélioré les choses. Il s'ennuie moins et les apprentissages sont plus concret et plus difficiles. Il faut parfois lui expliquer a quoi sert ce qu'il fait, mais il travail mieux, ce concentre mieux. Même si écrire reste une torture pour lui et qu'il est nul en orthographe, comme ses parents. A mes yeux il est parfait avec ses défauts autant que ces qualités. J’espère que pour le dictateur le CP va le motiver.

Blandine 25/03/2015 16:13

Ton article me fait penser à un enfant dans la classe de ma fille...

Ton fils n'a pas un poil dans la main, ou n'est pas feignant, le système scolaire peut l'ennuyer car il a déjà compris/fait et comme dit dans un autre commentaire, son comportement ressemble à celui d'un enfant précoce.
La première des choses à faire est d'en parler avec sa maîtresse, voire la directrice (selon les propos).
Ensuite de passer un test de QI. Il y a différents stades de précocité qui s'observent.

Sache que même s'il a un QI élevé et qu'il sait des choses, les comprend, les applique plus vite que les autres, il n'a pas forcément la maturité ni les mots pour exprimer ses émotions. ça c'est l'envers du décor de la précocité! Ces enfants-là prennent tout au premier degré!

QI élevé veut dire facilité d'apprentissage/compréhension mais pas forcément intelligence surdéveloppée ni génie. Ils vont plus vite mais ne savent pas toujours restituer leur raisonnement et leur logique prend souvent des chemins de traverse.

Demande lui pourquoi il s'ennuie demande toi en quoi tu peux l'aider, mais aucun enfant à son âge n'est feignant ;-)
Courage!

Olive 25/03/2015 13:42

ahh pas facile de prendre de la distance avec son enfant ! nous déjà maintenant, à 3 ans, on se rend compte qu'il faut qu'on recadre certains comportements (autant les notres que les siens !)

les regles, les limites ne sont pas la pour les "castrer" mais les aider à avancer au mieux :)
bonne chance et garde le moral !!