Le "non" qui fait pleurer

Publié le par Hysterikmum

Le "non" qui fait pleurer

Depuis que j'ai deux enfants, je suis beaucoup moins stressée.

Il m'arrive de ne pas leur donner la douche tous les jours, de sortir en oubliant de prendre des bavoirs alors que l'impératrice régurgite encore un peu (tant pis, j'essuierais avec son pull huhu), je n'insiste plus pour prendre la température lorsque je sais qu'ils ont de la fièvre car je sais que ce sera la guerre pour utiliser ce foutu thermomètre rectal et que cela ne changera rien au fait qu'il faudra donner du doliprane et découvrir mes enfants.

Mais s'il y a bien une chose que j'ai apprise en ayant eu le Dictateur avant l'Impératrice, c'est que même bébé, les enfants comprennent absoulment tout.

Je t'en parlais il y a peu, l'impératrice a déjà a 10 mois, un sacré caractère de merde.

Tantot ange avec son papa, tantôt démon avec moi, c'est à se demander si elle n'est pas déjà en plein complexe d'OEdipe (je te jure que j'exagère à peine).

Et comme tout bébé qui se met debout et se déplace le long des murs, des meubles, l'impératrice a une nouvelle passion, dégommer tout ce qui se trouve sur son passage.

Il y a 5 ans, pour le Dictateur j'avais fait ce que sans doute la majorité des parents font, mettre un maximum de choses en hauteur afin d'éviter que mon tout petit ne casse ou abîme des choses.

Mais je pense que je prenais le problème à l'envers et que ce n'est pas en excluant les choses de l'environnement d'un enfant que celui-ci ne se blesse jamais, au contraire, j'ai tendance à croire que cela suscite encore plus des envies et que les enfants ont vite fait d'échaffauder les plans pour grimper plus haut, pour atteindre les objets tant convoités.

Alors j'ai eu envie de faire différemment pour l'impératrice, de laisser les choses à sa portée, de la laisser regarder, toucher sous ma surveillance, mais de lui apprendre que "non", elle ne devait pas les jeter par terre.

Bon, bien évidemment, il n'y a rien de dangereux à sa hauteur hein, je joue pas à la roulette russe avec mes enfants !

On le sait tous, les bébés n'ont pas la réputation d'être doux et depuis un mois, l'impératrice en rajoute une couche en mordant.

Je sais qu'elle n'a pas la volonté de faire mal et que ce sont plus des bisous mordant que de réelles morsures, mais ça fait mal !

Alors même si elle a 10 mois, je me montre ferme avec elle, lui indiquant que je n'ai pas envie d'être mordue ou qu'elle morde son frère ou son père "non !".

"Non, tu ne peux pas lecher la mousse du bain, ce n'est pas bon pour toi.""Non, tu ne vas pas par là, ce sont les prises électriques, c'est dangereux", "Non, ne te penche pas de la poussette, tu risque te bruler le bout des doigts sur les roues"...

J'ai l'impression de ne lui avoir jamais autant dit "non" que depuis qu'elle se déplace seule.

A croire que l'autonomie arrive avec son lot de contraintes et que le "non" en est une des plus agaçantes pour mon Impératrice, qui ne la supporte plus.

Dès que ce mot est prononcé, sa bouche se tord, ses yeux se plissent, cette bouille ferait fondre le pire des coeurs de pierre.

Elle se met à pleurer et de grosses larmes de crocodile perlent le long de ses joues.

Mes explications n'y font rien, le gros chagrin est là, on l'empêche de réaliser son objectif quel qu'il soit et ça, c'est incompréhensible pour elle.

Et comme je dis non plus d'une fois par jour à la maison, imagine comment se déroulent mes journées en ce moment.

Sinon tout va bien hein, je me dis que ce n'est que le début !

Commenter cet article

MamanPirate 06/04/2015 23:34

Ah ah, ça me rassure je ne suis pas la seule à passer mes journées à dire NON. ^^ le mien c'est pas qu'il pleure quand je lui dis non, c'est plutôt qu'il n'en a rien à faire. ^^
Le pire c'est les portes ou les tiroirs, il a une passion pour ça et j'ai beau lui dire non 43 fois par jours vous pouvez être sûre que dès que j'aurais le dos tourné il foncera vers le tiroir de sa commode pour jouer avec. En plus il s'est déjà pincé les doigts pleins de fois mais non, il y retourne. Aaah vivement l'adolescence tiens! ;D

Amanda G. 29/03/2015 19:56

Ha le non, ici il ne passe pas non plus, un NON et c'est le drame ! Il est a prendre avec des pincette c'est embêtant il larme tout de suite ici

petite yaye 18/03/2015 16:16

Coucou julie,
C'est bien connu, avant la phase du non des enfants, il y a la phase du non des parents !! Je me suis sentie beaucoup mieux quand j'ai commencé à dire stop ou laisse au lieu de non. Et à considérer aussi qu'il était en pleine découverte du monde qui l'entourait et qu'il avait besoin de toucher pour appréhender. Le plus possible (pas toujours facile, hein ?!...) j'essayais donc de venir à lui, me mettre à son niveau et au lieu de l'interdire ou le stopper dans son mouvement, de lui dire, "ah oui, tu as vu, ça c'est un/une... ça sert à... ça t'intéresse ?" prendre le temps en rappelant aussi au passage le danger ou l'interdiction. Je ne sais pas si tu avais testé ces petites astuces pour le dictateur ou si ça te parle, mais moi j'y ai pris du plaisir et lui aussi alors qu'avant on était dans une relation d'affrontement et il a vite compris les consignes (même si il faut y revenir souvent !!!) et passait tout son temps à l'expliquer aux gens qui entraient chez nous !!
Bref...au risque de ne pas être très originale, des idées prises dans le petit bouquin d'isabelle filiozat "j'ai tout essayé"......... Bonne chance avec ta petite impératrice au caractère bien trempé ;-)

Claire 18/03/2015 15:04

Une autre commentatrice en a parlé, mais je te conseille moi aussi fortement la lecture de "J'ai tout essayé" d'Isabelle Filliozat. Il y est notamment expliqué que le cerveau du petit enfant n'est pas capable de comprendre la négation, mais aussi que le "non" est mal vécu de l'enfant car il le ressent comme un rejet, un jugement négatif : "maman me dit que je fais mal", alors que le "stop", qui est simplement un avertissement, sera compris : "maman me préviens d'un danger, d'une chose interdite".
Avec mon fils, ça a été une bataille de tous les instants pour les prises de courant, mais en y allant à chaque fois, accompagner le stop en lui retirant la main, en lui montrant qu'il peut regarder mais pas toucher, et en le dirigeant vers un jouet qu'il aime, maintenant, quand je lui dis "stop !" quand il s'approche d'une prise, il s'arrête, me regarde, tend la main vers la prise sans toucher en disant "hun", je réponds "oui c'est la prise, c'est comme à la maison, on la regarde, c'est très bien !", il sourit et passe à autre chose. Il a 14 mois.
Le travail est encore en cours pour l'empêcher de vider la bibliothèque et de piétiner les livres... :D

Maud 17/03/2015 21:24

C'est la sale période où on dit non 10 000 mille fois par jour environ et ils ne supportent pas ! ( et nous non plus, ça nous fait pas plaisir hein !).
Comme dit Carine bientôt ça sera son tour de dire non ... Et ça dure bcp plus longtemps !!