Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

Publié le par Hysterikmum

Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

Je ne pense pas que l'on puisse réellement se préparer à l'arrivée d'enfants dans sa vie.

Il n'y a pas que notre vision du monde qui s'en retrouve alors chamboulée, ni même notre façon de classifier nos priorités.

On imagine de façon utopique que même en grandissant, le bébé tant désiré saura profiter de la chaleur que l'on a voulu insuffler dans sa sacro-sainte chambre, de toute façon, vu ce que cela nous a coûté et le nombre d'heures de vidéos de valérie damidot en train de maroufler qu'on a regardée, il a plutôt intérêt.

Mais l'enfant est vicieux, il se faufile, il élabore des plans pour conquérir de plus en plus d'espace et très vite on se demande, si ce n'est pas plutôt nous, ses parents qui vivons chez lui !

Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

Il n'y a des signes qui ne trompent pas, en voici quelques-uns (si tu te reconnais dans au moins trois de ces points, je te conseille de faire changer le nom du bail au profit de ton enfant, c'est trop tard):

1. Si ce n'est plus ton réveil qui te lève le matin, mais des cris stridents reliés à des estomacs vides.

Non, l'enfant, le marmot, la marmaille, le bébé, le gnôme, le nain, les gosses ne sont pas patients.

A croire que s'ils ne mangent pas dans l'instant ils risquent de désintégrer, alors c'est vital, ils hurlent ou au mieux, parlent fort "Mamannnnnnn( ou Papaaaaaaaa, mais souvent mamannnnnnnn), j'ai faimmmmm!".

Pour la version bébé, le réveil est encore plus trash !

2. Si tu es devenue actionnaire chez Sopalin pour essuyer les nombreux verres d'eau renversés, les bols de céréales remplis à ras bord de lait, les biberons de chocolats chauds renversés, le pipi à côté des wc (ouai, non là passe plutôt la serpillère !).

J'ai toujours pensé naïvement, que plus on était près du sol, plus on avait d'équilibre (ba oui tu sais, plus proche du centre de la terre, la gravité toussa toussa), mais c'était sans compter que les enfants sont même capables de s'auto faire des croches pieds et que parfois même, il n'y a aucune excuse valable au flingage en règle du tapie offert par tante Cunégonde.

3. Tiens en parlant du tapis, on devrait plutôt en parler au passé, car depuis que les enfants ont fait irruption dans ta vie (et ton salon) bien rangée, ton espace a considérablement changé de nom de décorateur.

Adieu tapi à franges et bonjour les dalles de mousses multicolores qui transforment ton beau salon classe en la loge de Bozo le clown.

(Et je ne te parle même pas du parc pour lionceaux, qui parfera l'ambiance cirque ).

Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

4. Avant, tu étais maniaque, ta devise était "chaque chose à sa place et une place pour chaque chose", mais tu as baissé les bras et as l'impression que quand tu ranges, "ils dérangent".

Ton salon est jonché de jouets de tous âges et tu as découvert que tes pieds étaient recouverts de réseaux nerveux qui transmettaient la douleur au cerveau.

Ils ont tout subi les pauvres, ont marché sur des légos, glissé sur des petites voitures, tapé dans un trotteur, etc, tu penses même sincèrement à te faire amputer du petit orteil, tu sais, "celui qui ne sert à rien".

5. Avant, tu regardais lorsque tu en avais envie les programmes de ton choix de la télé.

Maintenant, tu penses de plus en plus à établir un planning de répartition de temps de télé, tant tu as l'impression que Oui Oui , Trotro, Tchoupi et autres Dora sont devenus les SEULS programmes de la maison.

A force, tu connais les chansons et il t'arrive même de les chanter ... Oui, oui, tu es tombé(e) bien bas ...

6. Adieu le foie gras, le champagne, les toasts avec des oeufs de lumpes, les plats qui indiquent une fête chez toi sont les saucisses/purées ou les coquillettes/jambons, sans oublié le ketchup qui accompagne absolument TOUT.

Tes ami(e)s sans enfants ne viennent plus manger chez toi, ceux qui ont des enfants compatissent.

Ce qui est pratique, c'est que c'est rapide à faire la mousseline, ouai non, je me cherche des excuses.

Au début, tu avais du mal au ventre à cause du menu peu diversifié, ça te ballonnait, te constipait, maintenant, ça passe comme une lettre à la poste.

Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

7. Il t'est arrivé de penser que tu avais grossi en t'asseyant sur les wc.

En te relevant, tu t'es rendu compte qu'en fait, tu étais assis(e) sur le réducteur de toilettes de ton enfant (ouf).

Avec certains réducteurs, tu as même risqué la fissure anale, mais il ne vaut mieux pas effrayer les futures mamans primipares.

Finie l'époque bénie où la tête dans le cululu, tu te levais en pleine nuit pour aller faire pipi, le tout dans le noir, sans surexposer ta rétine à la lumière violente de la lampe, car maintenant, c'est quitte ou double, mais souviens-toi de la fissure anale.

8. Tu te couches bien plus tôt qu'avant car tu es souvent "fatigué" et souvent tu y vas sur la pointe des pieds.

D'ailleurs, tu ne partages plus seulement ton lit avec ton conjoint/ta conjointe (?) qui se retrouve parfois à dormir sur le canapé, non pas parce que vous vous êtes disputés, mais parce qu'il y a eu de l'incruste pendant la nuit.

tes nuits sont maintenant peuplées de biberons, couches, monstres, pipi au lit, terreur nocturne, tout un programme !

Au secours, je vis chez mes enfants ! [Top 8]

Ouai, c'est pas glorieux tout ça hein, c'est arrivé si vite, où est ton chez toi bon sang ?!

C'est fou, mais lorsque j'étais enfant, je ne me suis jamais sentie chez moi, mais plutôt chez ma mère, alors je veille à ce que mes enfants se sentent chez eux.

Mais être chez soi, c'est aussi pouvoir profiter de chaque espace, pouvoir y installer ses objets pour investir l'espace, évoluer librement, même pour des enfants.

Et même si le quotidien a changé, même si j'ai parfois l'impression de vivre dans un joyeux bordel (je crois que ce n'est pas qu'une impression), eh bien ce joyeux bordel vit, il respire les rires, les cris, les pleures, les chants de tous les membres de la famille.

Oui, je n'ai plus de chez moi, mes enfants ne sont pas non plus chez eux, nous sommes tout simplement chez nous.

Commenter cet article

emilie 26/04/2015 09:50

C'est tellement vrai! Une bible des parents! Même si c'est mon mari, super papa au foyer, qui passe avant moi a la maison! ^^

MamanPirate 06/04/2015 23:11

J'adore votre article, et je dois avouer que je m'y retrouve beaucoup, surtout pour le numéro 3! Avouez qu'elles sont franchement bien pratiques ces petites dalles en mousses (aka tapis de jeu pour bébé cascadeur ^^). C'est pas beau mais c'est pratique! :D

monica 06/04/2015 21:06

bon bah on va changer notre acte de propriété...ma cuisine est devenue une usine à biberons, le salon un salon d'exposition de matériel de puériculture et la chambre de bébé se rempli toutes les semaines d'un ptit quelque chose de nouveau!
Mais comme toi, quand j'étais petite, je n'avais pas le droit de prendre trop de place, un jouet à peine sortie devait être rangé avant d'en prendre un autre donc je laisserai vivre MiniNous dans tout l'espace commun!

Maman Nouille 05/04/2015 12:28

C'est terriblement vrai. Chez nous on en est encore au stade bébé. Mais je me suis fait la réflexion hier qu'il y avait pleins de jouets de bébés dans la salon alors que l'année dernière c'était des jouets de chats.
Oui, avant on vivait chez notre chat!

Lucky Sophie 03/04/2015 16:41

C'est drôle quand tu visites des appart, dès l'entrée en général tu sais si tu arrives dans une famille :-)