Ma faute de maman

Publié le par Hysterikmum

Ma faute de maman

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lancé un pavé dans la mare.

Le pavé dans la mare, c'est un exercice initié par la Mère cane (http://www.lamareaucanard.com/) qui consiste à vider son sac lorsque le besoin s'en fait ressentir, de dire ce que l'on pense sans prendre de pincettes, de ne pas avoir peur du jugement des autres.

---------------------------------------------------------------------

L'impératrice, 11 mois, a peur des gens.

Non ce n'est pas une passade due à son âge, comme on me le dit souvent, cela dure depuis des mois.

Elle n'a pas peur des enfants, elle les adore même, mais ces visages adultes qui se penchent sur elle pour lui parler, même souriants, la terrorisent.

Son petit corps se crispe, elle se tend et se met à pleurer, à hurler, à s'agriper à moi comme si sa survie en dépendait, suffoque, devient rouge, fait des spasms du sanglot et peu même se mettre à vomir.

C'est violent, vu de l'extérieur cela suscite forcément des questions et pourtant, le Dictateur qui a 5 ans et demi, a été élevé de la même manière et n'a jamais eu ce genre de réaction.

Ce n'est pas sélectif, même ma belle-mère que l'on voyait toutes les semaines ne pouvait jusqu'à aujourd'hui pas la prendre sans qu'immédiatement se déclenche ma petite alarme vivante.

Elle a besoin de temps ma toute douce et je vois tous les jours les progrès qu'elle accomplit, même si pour les autres cela ne paraît pas flagrant.

Aujourd'hui, elle se laisse approcher de peu de personnes, mais de personnes de confiance, qui ont su lui laisser aller à son rythme, sans la presser, sans la mettre dans l'urgence pour répondre à leurs attentes.

Et tous les adultes, pourtant capables de réflexion, ne comprennent pas que les bébés sont des petits humains comme les autres, avec leur personnalité.

On ne tolèrerait pas qu'on nous force a entrer en contact avec tout le monde, pourquoi devrions-nous forcer les bébés ?

Pour autant, même si je garde l'Impératrice à la maison, je ne me la joue pas ermite, et je multiplie les activités qui permettent de la sociabiliser.

Alors, lorsque cet après-midi, la pédiatre de la PMI (que nous voyons seulement pour le suivit) m'a dit cash "si votre fille est comme ça (elle pleurait car elle avait peur d'elle et avait pleuré avant avec les auxiliaires), c'est que le problème vient sans doute de vous. Il faudrait prendre un rendez-vous avec notre pédo-psychiatre pour en discuter", mon coeur de maman s'est mis à pleurer.

Je n'ai rien montré, je n'ai rien dit, mais j'ai eu mal.

Je voyais venir un jugement du genre lorsqu'elle m'a demandé si je gardais ma fille à la maison, c'est bien connu, les mamans qui restent à la maison pour s'occuper de leurs progénitures, ne sortent jamais et n'exposent pas leur bébé au monde, alors ces derniers deviennent "sauvages".

C'est drôle, mais je ne perçois pas ma fille comme étant sauvage, au contraire, une petite souris qui viendrait chez nous se rendrait compte qu'elle est la joie de vie et la curiosité incarnée, qu'elle aime le contact avec les autres, surtout son frère et ses copains.

Je provoque donc cela chez ma fille, un problème ?!

Je serais responsable de ses angoisses parce que je ne la force pas à sourire ,à faire coucou de la main, à faire des bisous (encore une fois, forcerait-on un adulte à embrasser d'autres adultes ?), à devenir mon objet.

Je la porte trop dans mes bras, je la porte en ergobaby et pas face au monde, je la console en lui frottant doucement le dos lorsqu'elle pleure et c'est ça, la couper du monde.

Moi qui aime mes enfants d'une manière inconditionnelle, qui veille à leur offrir à chacun les mêmes choses, chances, doses d'amour, de valorisation de leurs progrès et de confiance en soi, je serais donc incapable de faire grandir ma fille "normalement", parce que je ne la force pas à dépasser ses peurs et à les surmonter seule.

Lorsque je dis que mon Impératrice de 11 mois a un sacré caractère, ce ne serait donc que le fruit de mon imagination, car ma toute petite ne serait qu'un greffon collé à ma poitrine, une continuité de moi-même sur laquelle je projetterais mes craintes de l'inconnu (psychologie de comptoir).

Suis-je devenue aux yeux de cette femme (et d'autres?) une vraie "mauvaise mère", pas juste une maman ordinaire qui se dit parfois un peu "badmother" pour rigoler.

Ce soir j'ai mal, je ne pensais pas qu'une réflexion aussi infondée, venant d'une personne qui ne me connaît pas, me ferait si mal.

C'est ma faute de maman, car c'est moi qui la garde, mais si cela n'avait pas été le cas, ce serait sans doute encore ma faute car je travaillerais trop et ne serais pas assez disponible pour elle.

C'est ma faute de maman, si mon Impératrice chérie, ma toute douce caline, ma très rigolote petite farceuse, ma grande danseuse bien sans son corps et avec son popotin n'aime pas les gens.

C'est ma faute de maman si ... après tout je ne sais plus quoi ... tout est de ma faute ... je suis coupable de l'aimer et de la respecter.

Commenter cet article

Isabelle C 05/05/2015 14:46

N°3 a mis 3 semaines avant d'accepter de s'approcher des autres à l'école. Il y a des gens qu'elle "ne sent pas", elle n'aime pas quand il y a trop de monde et ceux qu'elle ne connait pas ne l'approcheront .... que quand elle l'aura décidé. Ceux qui l'ont laissé tranquille quand ils l'ont connu, sont maintenant ceux à qui elle saute au cou.
C'est ma faute, elle n'est pas allée à la crèche mais chez une nounou !!!
Isa

AssMat31 03/05/2015 08:24

Toujours la faute aux mères !
Les professionnels de santé ont l'art de faire culpabiliser !
Et quand c'est pas l'éducation, c'est nos habitudes de vie, ou l'allaitement, ou autre... bref, il ne faut pas toujours écouter les médecins, ils sont malheureusement humains, comme nous tous...

Ysaline 03/05/2015 05:22

Bonjour,

Ne culpabilisez pas ! Votre pédiatre devrait changer de métier ! NON, ce n'est pas de votre faute.
Ma fille (seconde de la fratrie, avec un frère aîné ayant 15 mois et 20 jours de plus qu'elle) avait un comportement un peu semblable puisqu'elle hurlait à chaque fois qu'une femme l'approchait pour l'embrasser ou pour la prendre sur ses genoux. Au point que, s'il n'y avait pas eu un homme à la crèche, nous aurions sans doute été contraints de trouver une autre façon de lui apprendre la vie sociale. Pourtant, je ne suis pas du genre à laisser mes enfants faire ce qu'ils veulent, ni à céder à tous leurs caprices !
C'était très difficile à vivre en particulier avec certaines personnes (dont ma belle-mère) qui croyaient que cela venait de moi, que j'avais "monté" ma fille contre elle(s)...
Peu à peu, en parlant avec ma fille, en la raisonnant, nous avons gagné cette bataille !
Elle a également un sacré caractère. Une auxiliaire de puériculture m'avait souhaité "bon courage" à la maternité en me disant que ma fille savait déjà ce qu'elle voulait !!! Et oui... Je l'allaitais. Le bout de mes seins était devenu trop douloureux et j'utilisais des bouts de seins en silicone pour que la tétée soit moins douloureuse. Ma fille attrapait le bout de sein en silicone et le crachait !! Pour me faire comprendre qu'elle n'en voulait pas !!
Comme vous, je ne travaillais pas mais ne vivais pas en ermite pour autant !
Bon courage. Je suis certaine que vous réussirez à "apprivoiser" votre fille.

LMO 28/04/2015 15:11

Malheureusement les pédiatres sont rarement les plus délicats et psychologues... Si un enfant ne marche pas comme ils voudraient, ils s'en prennent à sa maman... SUPER!
Ma pauvre, je compatis...
MissCouette était un bébé qui avait très peur des gens elle aussi, elle avait besoin de les observer, les scruter, pendant de longs mois avant de leur faire confiance! J'ai eu aussi des réflexions d'une auxiliaire à la crèche... Elle ne pleurait pas en revanche (ce qui était aussi un problème!), mais ne se laissait pas approcher... Mon petit oiseau!
Encore aujourd'hui elle se méfie des étrangers. Je trouve que c'est plutôt bon signe en fait! Elles montrent qu'elles ne donnent pas leur confiance facilement, qu'elles sont intelligentes et vives et qu'elles refusent que n'importe qui les touche et leur parle.
C'est peut-être idiot mais j'étais et suis encore fière de ce trait de caractère de ma fille (peut-être parce que je suis un peu pareille).
Venir te le reprocher est cruel et idiot. Tant pour toi que pour ta fille!

camille et Mathis 27/04/2015 00:17

Cet article m'a fait beaucoup de peine pour vous et m'a mis la larme à l'oeil. On se posé déjà assez de question, on se remet trop souvent en question pour nos petits sans que quelqu'un n'ai à dire cela. Dira t-on d'un enfant qui marche tard ou qui parle tard que c'est de notre faute? Je ne sais que dire à part pfff! Vous êtes une bonne maman pour eux et c'est tout ce qui compte !