Et je l'ai aimée si fort ... ma fille

Publié le par Hysterikmum

Et je l'ai aimée si fort ... ma fille

Ce midi, l'Impératrice et moi étions de sortie.

Nous sommes allés déjeuner sur Paris, hors de notre quotidien, en très bonne compagnie.

L'Impératrice n'a pas beaucoup mangé, mais elle a joué, elle a été adorable à vrai dire, comme toujours lorsque nous ne sommes pas chez nous.

Nous sommes reparties à l'heure où la sieste est d'habitude achevée et sans surprise, mon petit rayon de soleil s'est endormi dans la poussette.

J'ai marché pendant 15 minutes parce que j'avais choisi de ne pas faire de multiples changements en transports et d'aller au plus simple avec la poussette ... Et puis j'aime marcher.

Je me suis engouffrée dans le long tunnel qui me mènerait en plein cœur de gare du nord et tout à coup nous nous sommes retrouvé au milieu d'une fourmilière citadine.

J'ai ralenti le pas pour ne pas que ma douce endormie ne soit bousculée ou réveillée.

J'ai pris un ascenseur qui nous a coupés pendant 30 secondes du bruit des pas sur le carrelage.

J'ai attrapé le premier RER qui nous mènerait à la maison et j'ai placé la poussette à côté de moi.

Je regardais ma fille dormir et tout à coup, je l'ai aimé si fort ...

En ce moment, l'Impératrice semble en guerre contre moi.

Lorsque nous sommes à la maison, la moindre contrariété finit par changer ma petite fille en une tornade de fureur et de cris.

Les objets volent, son petit corps se tend et se laisse tomber au sol pour ne pas que je puisse la saisir, son regard se détourne du mien et souvent je me sens impuissante.

Alors bien sûr que j'aime cette petite fille d'un amour inconditionnel tous les jours, je ne manque d’ailleurs jamais de le lui dire, c'est un besoin même.

Mais à ce moment, dans le RER, j'ai eu la sensation de retrouver sa douceur et d'avoir le droit de me le dire à moi-même aussi, que je l'aimais si fort.

J'ai regardé ses cils frémirent, ses yeux rouler sous ses paupières, sa petite bouche s'entre ouvrir et sa respiration se traduire sur ses narines.

J'ai eu envie de passer ma main dans ses cheveux pour sentir ses boucles glisser entre mes doigts, de caresser sa joue pour garder un peu de sa chaleur, mais je n'ai rien fait.

Je ne voulais pas que ce moment prenne fin.

C'est fou comme c'est apaisant de regarder son bébé dormir.

J'ai failli louper mon arrêt et lorsque nous sommes descendues du wagon, l'Impératrice s'est réveillée, un peu dans le brouillard.

Je ne sais pas pourquoi, mais après ce moment, je me suis sentie mieux et même si ma fille est redevenue une tornade en rentrant, je l'ai bien mieux vécue en repensant à ce moment où je l'ai aimée si fort ...

Commenter cet article

PetitDiable 06/12/2015 11:31

<3

Maman Prout 05/12/2015 22:30

<3 <3 <3

Perp 04/12/2015 22:18

Merci pour ce billet. Ça fait du bien et on se sent moins seule. J'ai un p'tit mec de 21 mois et c'est une vraie tornade. Bref, j'adore de temps le mettre à la sieste près de moi et l'observer le voir serein et calme. Comme ça fait du bien.

mumpascap 04/12/2015 21:36

Oui il est beau ton billet. C'est dur, d'être maman, de savoir quoi faire à quel instant, mais se couper du monde et dans rentrer dans cette bulle qui vous appartient qu'à vous deux, c'est important ... Et bien sur que tu l'aime si fort !

Djahann 04/12/2015 21:07

Magnifique ! Tu écris si bien ces choses là...