Pourquoi il ne seront pas trois [famille]

Publié le par Hysterikmum

Pourquoi il ne seront pas trois [famille]

Je sais, je sais, il ne faut jamais dire jamais, ou "fontaine je ne boirais pas de ton eau", mais s'il y a une chose dont je suis sûre c'est qu'ils ne seront jamais trois.
Lorsque Machoman et moi avons commencé à nous projeter l'un avec l'autre il y a maintenant 13 ans, nous nous imaginions à la tête d'une immense fratrie.

Nous disions même en riant que 11 serait un chiffre parfait pour faire une équipe de foot (la blaaaague !!!).

Et puis 13 années se sont écoulées, avec elles leur lot de hauts et de bas, mais aussi et heureusement de grandes joies.

Il y a de nombreuses années, on m'avait annoncé que je ne pourrais jamais avoir d'enfants.

Ce jour-là, tout mon monde s'est écroulé, c'était inconcevable pour moi, mais j'ai eu de la chance car mon corps a du vouloir relever le défi et je suis l'heureuse maman de deux enfants : un grand garçon de 6 ans et une petite fille de 20 mois.

Leur venue a été accompagnée à chaque fois de beaucoup de bonheur et de changements.

Nous avons appris Machoman et moi à devenir responsable d'un, puis deux petits êtres, à ne plus voir tourner le monde autour de notre couple ou nos personnes et cela a été un choc.

Pendant 5 ans, mon fils et moi n'avons formé qu'un, à tel point que Machoman se sentait exclu (cela arrive encore un peu parfois, il m'appelle la "mère louve").
Nous avions une petite routine pénarde, un rythme bien rodé et "fou que nous sommes", nous avons décidé d'avoir un deuxième enfant.

Tout a éclaté en mille morceaux, il a fallu tout reconstruire autour de deux enfants, retrouver des repères, un rythme et rassurer notre grand sur notre amour pour lui.

L'accouchement a été très compliqué pour l'Impératrice et j'ai eu une expérience de la péridurale que je ne souhaite pas revivre, mais elle est arrivée, en forme et la sentir tout contre moi m'a tout autant bouleversé que pour le Dictateur.

Toutes mes craintes de ne pas l'aimer aussi fort que son frère se sont immédiatement envolées.

Nous avons replongé dans les nuits coupées sans nous douter qu'elles dureraient si longtemps, dans les couches et les purées, mais aussi les rires et la découverte de nouveautés tous les jours.

Et étrangement peut-être, la venue de l'Impératrice a rééquilibré les rapports de notre foyer, surtout ceux trop fusionnels avec mon fils.

Cela a même renforcé nos liens.

Je suis chanceuse de les avoir tous les deux en bonne santé et je me rends compte que j'ai une grande tâche maintenant : leur offrir tout ce qui est en mon pouvoir pour les aider à atteindre leurs rêves.

Ma présence sera avant tout nécessaire, car tous les jouets du monde ne remplaceront jamais mes bras, mais il faudra aussi pouvoir assurer financièrement pour les nourrir de la bonne façon, les vêtir, leur proposer l'accès à la culture et s'ils le veulent les aider lors de leurs études (oui je sais, on a le temps).

Et puis il faut le dire, j'ai été maman jeune (21 ans) et j'ai besoin à présent de me retrouver moi non plus en l'état d'ado/jeune fille que j'étais lorsque j'ai été propulsée dans la maternité, mais en tant que femme.

J'ai d'ailleurs beaucoup de mal à me qualifier ainsi et à assimiler que j'ai "vieilli".

Je t'en parlais aussi lors de mon bilan 1 an avec Weight watchers, j'ai comme objectif de me faire opérer d'une abdominoplastie.

Une telle opération sous-entends qu'une fois mon ventre réparé, car il s'agit bien là d'une opération réparatrice et non esthétique, il ne faudra plus que je le soumette aux tensions exercées par la grossesse.

Et puis, il est aussi temps pour moi de reprendre le chemin du travail, ce que je n'ai pas pu faire depuis un moment faute d'un mode de garde et qui a mis à mal le budget du foyer.

L'Impératrice ira à l'école en septembre, ce sera de nouveau un grand bouleversement dans nos vies, il faudra changer de nouveau nos routines mais pas de façon aussi tornadesque (oui j'invente) que l'arrivée d'un troisième enfant.

Je crois qu'on aura tous mérité un peu de repos après cela, nous profiterons des joies simples qu'apportent chaque âge et nous dirigerons petits à petits vers l'adolescence à reculons.

Je continuerais à regarder les petits bébés qui naissent autour de moi avec toujours autant de tendresse, j'ai hâte de voir mes amies découvrir cette amour fou, mais une chose est sûre pour moi, ils ne seront pas 3.

Commenter cet article

pinksatine 27/01/2016 20:46

c'est un choix qu'il faut respecter ! je te comprends j'ai aussi été maman à 22 ans (mon fils va avoir 8 ans). Il faut aussi s'ouvrir à d'autres choses

audrey764753 15/01/2016 11:53

Pour nous aussi on s'arrêtera a deux malgré des demandes quasi incessantes des aînés

Parce que je souhaite voir grandir les premiers et pouvoir en profiter pas seulement par manque de temps assurer le service minimum
Parce que je souhaite aussi vivre ma vie : ma vie de femme, pas celle de cette ado qui ne connaissait pas grand choses a la féminité, pas la vie de maman ... Et que ce n'est possible que si l'on a un peu de temps !
Enfin parce que a chaque accouchement, le papa a mis du temps ... A se sentir papa et que dans cette période ou il est important d'être soutenue je me dégoûtait de le harceler alors que mes demandes étaient tout sauf inappropriées

Voilà mere et fière de l'être mais plus le temps passe et plus j'apprécie les traits d'esprits de ces petits d'homme

maman est occupée 14/01/2016 16:37

Ici non plus, ils ne seront pas 3... et j'ai bien l'intention aussi de gâter les deux que j'ai !

amandine 14/01/2016 14:54

2 bras / 2 enfants .

C'est ce que je dis souvent. S'arrêter pour leur offrir un avenir serein, et pour se retrouver en tant que femme c'est important !

Je me retrouve complètement dans cet article ! Merci !

Alessandra Dem 13/01/2016 15:06

Oh comme je peux te comprendre.
Il est temps que tu deviennes une femme épanouie.
2 enfants c'est déjà bien. Il faut pouvoir subvenir à leur besoin jusqu'à ce qu'ils créent leurs projets de vie.
Il faut vraiment se projeter loin quand on a l'envie de concevoir un enfant. Tu as raison de leur faire. Il ne faut pas être présente que lorsqu'ils sont petits. Il faut savoir les accompagner sans s'oublier soi même...